Chamechaude (2082 m) – Le pilier de Droite

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 0 Flares ×
Topo ESCALADE - Grande voie - Massif de la Chartreuse (Isère)
Selon parcours de l'itinéraire le 2 juin 2015
Par Manu Rivaud
Le pilier de Droite évolue à l'aplomb du sommet, à droite du pilier central ©Sommets.info/MR76
Le pilier de Droite évolue à l’aplomb du sommet, à droite du pilier central
©Sommets.info/MR76

Que demander de mieux à Chamechaude pour une voie en rocher typiquement chartreux à parcourir en libre ? Si des rumeurs sur la mauvaise qualité du caillou demeurent – qualifiée même parfois de dangereuse – il ne faut pas exagérer. La vigilance sera certes de mise dans la plupart des longueurs, mais l’ambiance sauvage, le gaz, la variété des passages, la ligne, la régularité des difficultés et un rééquipement intelligent raviront les grimpeurs montagnards adeptes du terrain calcaire parfois délicat. Les plus difficiles sections, en 6a et 6b, sont en bon rocher. Une très belle alternative au pilier Gris et au pilier Tobey, dans des difficultés tout de même supérieures, beaucoup plus rarement parcourue mais qui mériterait de l’être davantage.

Le sommet de Chamechaude et le village du Sappey-en-Chartreuse. En fin de journée, les piliers de la barre sommitale se dessinent. À droite, le pilier Tobey se découpe sur le ciel. ©Sommets.info/MR76

1ère ascension : J.-C. Gallet, G. Marchesin, le 26 septembre 1966.

Orientation : ouest-sud-ouest

Hauteur : 180 m.

Cotation globale : TD

Difficulté technique max. / obligatoire : 6b / 5c et A0/A1.

Horaires : approche 1h30 à 2h, 3 à 6h dans la voie, retour 1h.

Equipement : E2/E3. Si les relais sont équipés sur goujons et plaquettes non reliés, l’équipement sur spits n’abonde pas dans les longueurs. En suffisance et judicieusement placés dans les passages difficiles, les goujons sont en revanche absents dans les sections plus faciles, parfois longues. On rencontre aussi quelques vieux et bons pitons aux lieux clés (relais, crux) mais peu sur l’ensemble : les ouvreurs en 1966 n’en utilisèrent qu’une quinzaine, relais compris. Compléter l’équipement en place s’avèrera très utile à bien des grimpeurs.

Matériel : 12 dégaines dont des longues, sangles (relais, éventuellement pédale pour le crux en L3). Quelques coinceurs de type Stoppers® moyens, Camalots® 0.4, 0.5, 1 et 2 pour protéger les départs de L2, L4, L5 et L6.

Course

Point de départ : parking du col de Porte (1326m), sur la D512.

Approche : du parking, remonter la large piste de ski tracée dans la forêt de Chamechaude. Sorti du raidillon, continuer la piste à droite. Après deux épingles, la quitter sur la gauche pour emprunter un sentier balisé en forêt. Le remonter puis par un mouvement tournant à main droite, atteindre la cabane du Bachasson (source). Laisser à main gauche le sentier menant à la Folatière puis au sommet, et emprunter, à flanc, celui conduisant au sud-ouest à la pointe sud des falaises. Franchir une porte forestière et prendre de suite la sente montante qui va suivre la base des rochers. Le sentier tourne à l’est et se sépare en plusieurs branches : rester sur la plus haute, au plus près du pied de la falaise. Poursuivre ainsi vers le nord-est, passer au pied du départ du pilier Gris, puis de la brèche Arnaud. Poursuivre le long des rochers, sans descendre. Passer alors au pied du pilier Tobey et poursuivre à l’ombre d’un long surplomb. Continuer sur une centaine de mètres en longeant une petite barre de quelques mètres de haut. Repérer alors un pin de bonne taille (R1) dans l’axe du pilier que l’on devine. Attaque à gauche de l’aplomb du pin, dans un mur gris sans allure (spit).

L1 : 5b. Après quelques gradins, gravir un mur assez raide au rocher gris-blanc et brouillon – 3 spits – puis se rétablir vers la droite sur la vire (rocher moyen au rétablissement). Sur la vire, poursuivre à droite jusqu’au pin et une grosse écaille qui marque le départ de la deuxième longueur. Relais au pied de l’écaille. Environ 40 m. de corde.

L2 : 6a. Gravir l’écaille par la fissure à gauche et s’y rétablir. Poursuivre directement par des gradins en rocher correct vers une seconde vire assez large (Cette première section est à protéger soi-même). De la vire, franchir le bombé rocheux dans l’axe – spit, bonnes prises sur la gauche – puis en légère oblique à droite, continuer cette section soutenue mais pourvue de bonnes prises (grands mouvements, bon rocher, spits), jusqu’à se rétablir sur une troisème vire dominée par un nouveau bombé. Relais au niveau d’une petite grotte en rocher jaune. 35 m. de corde.

L3 : 6b, ou 5c/A1. Franchir le bombé directement au-dessus du relais par une escalade courte mais intense sur de petites réglettes peu visibles – 2 spits, A0/A1 possible – et progresser vers le toit via la courte dalle. Mousquetonner un piton à gauche avant de traverser à droite sous le toit (bien gérer le tirage). Se rétablir alors sur la rampe qui fait suite par un dernier pas demandant une certaine détermination… (bonne prise inversée pour franchir le surplomb, 2 spits, A0 possible) puis, plus facilement, atteindre le relais au sommet de la rampe. 15 à 20 m. de corde.

L4 : 5b. Par une traversée à gauche exposée mais peu difficile – 1 spit, complément possible – contourner le gros surplomb qui domine R3 (anticiper le tirage à venir). Se rétablir à l’angle dans un joli dièdre en oblique à droite et en assez bon rocher. Le remonter – spits – puis sortir dans des gardins pour faire relais légèrement à gauche (confortable), au pied d’un beau mur gris. 30 m. de corde.

L5 : 6a. Remonter le mur gris en attaquant un peu à droite du relais, puis tout droit – le rocher est piégeux, méfiance – pour gagner à mi-longueur un franc ressaut parcouru d’une fissure oblique à droite. La remonter – spits, pitons, escalade soutenue – avant de se rétablir et de progresser à nouveau dans des gradins vers la gauche. Se rapprocher du fil du pilier, désormais herbeux, et faire relais. 30 m. de corde.

L6 : 5c (1 pas). Par une traversée ascendante à gauche au plus facile, puis droit et par une traversée à droite – pas d’équipement au départ, 1er spit dans la traversée à droite – rejoindre un joli dièdre en bon rocher. Le remonter – quelques spits – et sortir sur une vire herbeuse où faire relais. 30 m. de corde.

L7 : 3. À droite du relais, remonter le mur gris plutôt dalleux – 1 spit – et parvenir à la dernière vire marquée de la face, au pied du franc ressaut final en léger dévers. Relais au pied d’un dièdre fissure oblique à droite : la dernière longueur.

L8 : 5c/6a. Remonter le dièdre fissure d’abord soutenu – spits, pitons – puis plus tranquille et sculpté. En sortir à gauche pour trouver une jolie vire herbeuse équipée d’un relais grande classe, d’où l’on assurera en pleine plénitude son ou ses seconds. 25 m. de corde. Sortir ensuite sur le plateau sommital de Chamechaude. La croix sommitale n’est qu’à quelques dizaines de mètres vers le sud, par la sente.

Descente : Du sommet, poursuivre vers le sud (une section câblée), puis par l’itinéraire classique pédestre du versant ouest qui ramène au col de Porte.

Pratique

Accès routier : de Grenoble, via La Tronche et Le Sappey en Chartreuse (D512, 35 min.) – de Chambéry, via les Echelles, Saint-Laurent du Pont et Saint-Pierre de Chartreuse (D1066, D520, D520b puis D512, 1h) – alternative depuis Lyon via Voiron et Saint-Laurent du Pont (2h)

Refuges à proximité : gîte de groupe en gestion libre Paul Garin, au col de Porte (04.76.26.56.77) – nombreux gîtes, hôtels et campings sur les communes du Sappey-en-Chartreuse et de Sarcenas en aval du col.

Topos – Carte IGN : Escalades en Chartreuse, par Julien Bourdat et Yannick Guérillot (Oros, 2010), 18 € – Escalades en Vercors, Chartreuse et Dévoluy, par Dominique Duhaut et P. Peyre (2011), 20 € – Escalades dans le massif de la Chartreuse, par Serge Coupé (Edisud, 1986) – IGN Top 25 3334OT, massif de la Chartreuse sud.

Secours : 112.

©Sommets.info/MR76

Laisser un commentaire