Dhaulagiri, Annapurna, Nuptse, Latok 1, rêves intacts

NEWS - Himalayisme - Népal et Pakistan - 24 novembre 2015 
Par Manu Rivaud et François Carrel

Ils nous ont fait rêver cet été et jusqu’à l’automne… Nous avions partagé avec vous dès le mois de juillet l’excitation du départ de quatre expéditions ambitieuses en Himalaya, menées par de grands alpinistes : au Népal, Yannick Graziani et Patrick Wagnon partaient pour le pilier sud-ouest du Dhaulagiri (8167 m), le Groupe militaire de haute montagne français (GMHM) pour l’éperon des Japonais en face sud de l’Annapurna (8091 m), les cordées Ueli Steck/Colin Haley et Hélias Millerioux/Benjamin Guigonnet  pour les faces sud du Nuptse est (7804 m) et ouest (7772 m). Enfin au Pakistan, les frères Thomas et Alexander Huber visaient la face nord du Latok 1 (7145 m). Ces expéditions, menées en style alpin et représentatives du haut niveau moderne en Himalaya, avaient toutes en commun la technicité et la hauteur des parois convoitées,  de 2200 à 2700 mètres. Toutes les quatre ont échoué : l’acclimatation à l’altitude, les conditions météo et de terrain ont dicté leurs lois.

Patrick_20151012_2867
Expé Dhaulagiri, 12 octobre, altitude 6600 m : Yannick Graziani à la descente en rappel lors de la retraite, après la chute de neige qui mit fin à leur tentative à plus de 7100m. Près des lacs, en bas à gauche, le camp de base avancé de la cordée. ©Patrick Wagnon, courtoisie pour Sommets.info.

Continuer la lecture de Dhaulagiri, Annapurna, Nuptse, Latok 1, rêves intacts

Latok I : les frères Huber au pied du mythe

NEWS - Himalayisme - Pakistan - 10 juillet 2015
Par Manu Rivaud

Mardi 23 juin dernier, les frères allemands Thomas et Alexander Huber ont quitté Skardu au Baltistan en direction du camp de base du Latok I (7 145 m, Karakoram, Pakistan). Notamment en compagnie du Suisse Dani Arnold, récent détenteur du record d’ascension de la face nord du Cervin en 1h46, et de l’Autrichien Mario Walder, ils projettent d’ouvrir une nouvelle voie dans le versant nord raide et haut de 2500 mètres, ou d’achever l’ascension de l’arête nord, un problème himalayen toujours irrésolu.

La construction du mythe

Le Latok I ou Latok central fait partie de ces sommets himalayens de plus de 7000 mètres aux versants gigantesques et tous très raides. De tous les côtés, c’est au minimum 2000 mètres de dénivelé à gravir parmi glaciers suspendus, piliers et murs rocheux, couloirs de neige et de glace, pour parvenir au sommet.

Continuer la lecture de Latok I : les frères Huber au pied du mythe