Compagnie des guides de Chamonix, la lente (r)évolution

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 0 Flares ×
ENQUÊTE - Sociétés montagnardes – Vallée de l’Arve (Haute-Savoie)
Notre parution dans L’Equipe Sport et Style de décembre 2015
Par François Carrel

Le plus ancien et prestigieux bureau des guides des Alpes s‘apprête, à l’occasion de son assemblée générale du 14 décembre prochain à Chamonix, à se choisir un nouveau président, pour succéder à David Ravanel, mais aussi à voter une modification structurelle conséquente de la Compagnie. Voici quelques précisions importantes, en préambule au long et intime portrait de cette institution que nous a commandé le magazine Sport et Style, supplément du quotidien l’Equipe, paru le week-end dernier.

David Ravanel préside la Compagnie des guides de Chamonix depuis 3 ans. Il avait été élu à ce poste après une dure crise interne en janvier 2013. Ce guide d’Argentière de 45 ans, également photographe de montagne averti, avait auparavant dirigé l’Office de haute montagne (OHM), présidé la Chamoniarde de secours, enseigné à l’Ecole nationale de ski et d’alpinisme de Chamonix (ENSA)… Le terrain lui manque ! Il se dit « très serein » et souhaite simplement « transmettre le flambeau », après trois ans d’une mission située « entre jeu associatif, politique et économique » pour lequel il ne ressent « ni grief ni attirance particulière ». Il faut dire que cette compagnie est une grosse machine, au poids symbolique, médiatique et économique très important, y compris au-delà de la seule vallée de l’Arve. C’est aussi une association loi 1901 composée de 260 fortes têtes, guides, accompagnateurs, hommes et femmes de toutes générations, aux pratiques professionnelles et idées diverses, voire divergentes… Bref, présider la Compagnie est une mission acrobatique et exposée ! Pour l’heure, aucun candidat ne s’est officiellement déclaré pour prendre la relève.

Devant ses pairs assemblés, ce 14 décembre au Majestic de Chamonix, David Ravanel présentera son bilan mais aussi la réforme structurelle qu’il propose, en tandem avec le directeur de la Compagnie, Yann Delevaux, lui aussi guide issu des rangs de l’institution. Un petit état des lieux s’impose, pour comprendre cette réforme. La Compagnie des Guides de Chamonix a plongé dans la modernité sous la longue présidence de Xavier Chappaz et la direction de Jean-François Collignon, en se dotant en 2002 d’une agence de voyage, certes associative, mais très commerciale, associant sur de multiples produits la prestation d’un professionnel de l’encadrement sportif et des prestations annexes, transports, logement, équipement, logistique : tours du mont Blanc en randonnée, stages mont Blanc, trekkings à l’étranger, séminaires incentive pour les grandes entreprises… Cette branche de l’activité de la compagnie génère aujourd’hui, à elle seule, de 3,3 à 3,7 millions d’euros sur les 4,5 à 5 millions de chiffre d’affaire annuel total de la Compagnie. Elle s’est également dotée en 2003 d’une SARL, Cham’aventure, gérant un parc d’accro-branches et une base de sports d’eaux vives, rafting et hydrospeed, organisatrice de séances d’école d’escalade, de sorties en VTT, en via ferrata, en randonnée, en canyoning…

Près de 20 000 clients individuels, enfants compris, transitent ainsi par la Compagnie chaque année ! Elle emploie pour cela une dizaine de salariés à l’année, jusqu’à 24 en pleine saison estivale, pour l’accueil, la vente à la Maison de la montagne, le fonctionnement de la base de rafting et du parc aventure. L’essentiel de son apport en emploi est ailleurs pourtant : grâce à ces structures commerciales greffées au bureau des guides traditionnel, 9 500 à 10 000 journées de travail sont distribuées chaque année aux professionnels, qu’ils soient membres de la compagnie – guides ou accompagnateurs en montagne, renforts ou encore extérieurs comme les moniteurs de sports d’eaux vives ou d’escalade.

L’idée de la réforme, que David Ravanel défend comme un ensemble de « modifications juridiques et fiscales », est de regrouper l’agence de voyage, la SARL Cham’Aventure mais aussi la structure associative de gestion des refuges (Cosmiques, Requin, Charpoua) de la compagnie, l’ADSM, au sein d’une même et unique société par action simplifiée (SAS), regroupant enfin tous les salariés et simplifiant la gestion et la fiscalité de cet ensemble bricolé petit à petit et dépassé par l’ampleur de sa croissance. Un seul actionnaire pour cette SAS : l’association Compagnie des guides de Chamonix et ses 260 adhérents, guides et accompagnateurs, organisée autour d’un comité exécutif qui sera réduit à 13 ou 14 membres contre 21 actuellement. Autre point important de la réforme préparée par Ravanel et Delevaux : la Caisse de secours de la Compagnie, élément constitutif, hier comme aujourd’hui, de son identité et de sa solidité, deviendra une association à part entière, avec son budget autonome et ses règles fiscales favorables adaptées à son objet altruiste. Jacques Cuenot, président actuel de la Caisse, est candidat à la présidence de la nouvelle association.

A la veille de cette assemblée générale importante, le magazine Sport et Style, supplément mensuel du quotidien national L’Equipe, nous a commandé un long portrait de la Compagnie des guides de Chamonix. Nous avons interviewé David Ravanel, Jacques Cuenot, Yann Delevaux, Gilles Chappaz, Yannick Graziani, Sam Beaugey, Bernard Prud’homme et bien d’autres encore. L’article a été publié le week-end dernier (L’Equipe Sport et Style n°69, décembre 2015), sous le titre « Premiers de cordée ». C’est une immersion dans les coulisses d’une confrérie un peu secrète, qui a su conserver ses rites intacts, tout en se métamorphosant en machine commerciale bien de son temps. Tout cela ne va pas, pour certains de ses membres, sans un certain vague à l’âme… Pour lire cet article, suivre le lien suivant et aller à la page 112 : www.sportetstyle.fr/magazine,69,fr.html

© Sommets.info / F.Carrel

Laisser un commentaire