« Mont Blanc vs Monte Bianco »

REPORTAGE - Remontées mécaniques - Massif du Mont-Blanc 
Notre parution dans Libération, le 25 juillet 2015
Par François Carrel
Le versant italien du mont Blanc - et l'arête intégrale de Peuterey qui se découpe sur le ciel - vu depuis les hauteurs de Courmayeur, en Val d'Aoste. ©Sommets.info/MR76
Le versant italien du mont Blanc – et l’arête intégrale de Peuterey qui se découpe sur le ciel – vu depuis les hauteurs de Courmayeur, en Val d’Aoste. ©Sommets.info/MR76

Le versant italien du Mont-Blanc est depuis le 30 mai dernier desservi par une remontée mécanique nouvelle génération : le « Skyway ». Un concurrent pour le téléphérique de l’Aiguille du Midi, en vallée de Chamonix ? La compagnie du Mont-Blanc qui exploite cette remontée historique côté français ne se sent pas menacée. Elle multiplie quoi qu’il en soit les innovations pour renforcer son attractivité. Avec le photographe Pascal Tournaire, nous sommes allés sur place fin juin, pour le quotidien Libération.

Voir le reportage  ici

« Vallée sans issue »

REPORTAGE - Sociétés montagnardes - Haute Romanche 
Notre parution dans Libération, le 23 juillet 2015
Par François Carrel
Villar d'Arène, dernier village le long de la RD1091 en Haute Romanche, avant le col du Lautaret. À l'arrière, le versant nord-ouest des Pics du Combeynot. ©Sommets.info/MR76
Villar d’Arène, dernier village le long de la RD1091 en Haute Romanche, avant le col du Lautaret. À l’arrière, le versant nord-ouest des Pics du Combeynot. ©Sommets.info/MR76

La situation est très préoccupante à La Grave et à Villar d’Arène (Hautes-Alpes) depuis la fermeture le 10 avril, au niveau du tunnel du Chambon, de la RD1091,  route d’accès majeure depuis l’Isère et le bassin grenoblois. Avec le photographe grenoblois Pablo Chignard, je suis allé passer deux jours en Haute Romanche sinistrée, pour Libération.

A lire ici.

Chamechaude (2082 m) – Le pilier de Droite

Topo ESCALADE - Grande voie - Massif de la Chartreuse (Isère)
Selon parcours de l'itinéraire le 2 juin 2015
Par Manu Rivaud
Le pilier de Droite évolue à l'aplomb du sommet, à droite du pilier central ©Sommets.info/MR76
Le pilier de Droite évolue à l’aplomb du sommet, à droite du pilier central
©Sommets.info/MR76

Que demander de mieux à Chamechaude pour une voie en rocher typiquement chartreux à parcourir en libre ? Si des rumeurs sur la mauvaise qualité du caillou demeurent – qualifiée même parfois de dangereuse – il ne faut pas exagérer. La vigilance sera certes de mise dans la plupart des longueurs, mais l’ambiance sauvage, le gaz, la variété des passages, la ligne, la régularité des difficultés et un rééquipement intelligent raviront les grimpeurs montagnards adeptes du terrain calcaire parfois délicat. Les plus difficiles sections, en 6a et 6b, sont en bon rocher. Une très belle alternative au pilier Gris et au pilier Tobey, dans des difficultés tout de même supérieures, beaucoup plus rarement parcourue mais qui mériterait de l’être davantage.

Continuer la lecture de Chamechaude (2082 m) – Le pilier de Droite

Rochers de Presles (905 m) – Voie des Buis

Topo ESCALADE - Grande voie - Massif du Vercors (Isère)
Selon parcours de l'itinéraire le 18 mai 2015
Par Manu Rivaud
La voie des Buis et le secteur homonyme  ©Sommets.info/MR76
La voie des Buis et le secteur homonyme
©Sommets.info/MR76

Première voie ouverte dans ces rochers du Vercors qui en comptent aujourd’hui plus de 300, la voie des Buis doit être parcourue pour l’histoire, pour la beauté de son escalade en dièdres et fissures ou encore pour découvrir le site de Presles et son style. A croire que ceux-ci furent rébarbatifs aux pionniers, puisque ce n’est que 13 années plus tard qu’un second itinéraire sera ouvert en ces lieux, un peu plus loin vers l’est, par Bernard Conod et Jean-Paul Clere, en mai 1966… Équipée aujourd’hui selon les standards de Presles des années 1990, la voie des Buis est toujours très parcourue car techniquement des plus accessibles. La patine est bien présente mais peu gênante tant les bonnes prises sont légion dans la voie. Belles envolées, oppositions et ramonages sont au programme.

Continuer la lecture de Rochers de Presles (905 m) – Voie des Buis

« Cervin, ascension insensée »

REPORTAGE - Alpinisme - Massif du Valais italien
Notre parution dans Libération, le 10 juillet 2015
Par François Carrel
Le Cervin, vu de l'ouest. L'arête du Lion se dessine à droite du sommet. Elle domine la face ouest, ici neigeuse et ensoleillée. ©Sommets.info/MR76
Le Cervin, vu de l’ouest. L’arête du Lion se dessine à droite du sommet. Elle domine la face ouest, ici neigeuse et ensoleillée. ©Sommets.info/MR76

150 ans après la première ascension du Cervin (4478 m, Valais) par son versant suisse, nous avons voulu pour Libération souligner l’importance du versant italien, celui du Valtournenche, dans l’histoire de la conquête de ce sommet, mais aussi rendre hommage à l’un des pionniers trop souvent oublié de cette triste histoire et resté dans l’ombre de Whymper : le guide-paysan-chasseur de chamois Jean-Antoine Carrel. L’idée était de traverser le Cervin, versant italien à la montée via l’arête du Lion, suisse à la descente via celle du Hörnli. J’ai embarqué le photographe Pascal Tournaire dans l’aventure à la fin juin, dernière limite pour être en mesure de publier juste avant la date anniversaire du 14 juillet… un peu trop tôt, le Monte Cervinio était encore trop enneigé pour nous !

La suite ici.

Latok I : les frères Huber au pied du mythe

NEWS - Himalayisme - Pakistan - 10 juillet 2015
Par Manu Rivaud

Mardi 23 juin dernier, les frères allemands Thomas et Alexander Huber ont quitté Skardu au Baltistan en direction du camp de base du Latok I (7 145 m, Karakoram, Pakistan). Notamment en compagnie du Suisse Dani Arnold, récent détenteur du record d’ascension de la face nord du Cervin en 1h46, et de l’Autrichien Mario Walder, ils projettent d’ouvrir une nouvelle voie dans le versant nord raide et haut de 2500 mètres, ou d’achever l’ascension de l’arête nord, un problème himalayen toujours irrésolu.

La construction du mythe

Le Latok I ou Latok central fait partie de ces sommets himalayens de plus de 7000 mètres aux versants gigantesques et tous très raides. De tous les côtés, c’est au minimum 2000 mètres de dénivelé à gravir parmi glaciers suspendus, piliers et murs rocheux, couloirs de neige et de glace, pour parvenir au sommet.

Continuer la lecture de Latok I : les frères Huber au pied du mythe